Dans les vignes. Chroniques d’une reconversion

Catherine BERNARD

02 Sep, 2020


À quarante ans, Catherine Bernard, correspondante de La Tribune de l’Économie et de Libération à Montpellier, décide de changer de vie et, pour ce faire, passe un BPA de viticulture-œnologie. Depuis, elle cultive 3,60 hectares de vignes en Languedoc et fait du vin. Dans ce livre, elle raconte avec humour son installation, la conversion en bio de ses vignes et la naissance de ses premiers vins. Elle y dresse aussi un portrait sans concession de la viticulture aujourd’hui, entre l’éden des petits chimistes et le graal des œnologues diplômés.

En janvier 2005, Catherine Bernard, quarante ans, journaliste originaire de l’Ouest de la France, achète trois hectares d’une parcelle dans les Coteaux-du-Languedoc et se forme à un métier jusque-là inconnu pour elle. Commence alors une autre vie, une nouvelle vie.

Dans cette région bien particulière qu’est le Languedoc, Catherine apprend de la terre ce qu’on ne peut apprendre ailleurs : accepter qu’elle ne sait pas, admettre que ce qu’elle a appris pendant son année au CFPPA est au mieux un cadre. Que désormais, elles doivent toutes deux s’apprivoiser. Et ce malgré les dérèglements climatiques qui, ici, sont déjà à l’œuvre.

Dans ce livre, elle raconte avec humour son installation, la conversion en bio de ses vignes et la naissance de ses premiers vins. Elle dresse aussi un portrait sans concession de la viticulture aujourd’hui, entre l’éden des petits chimistes et le graal des œnologues. Et témoigne d’un choix de vie. Au nom de la Terre.

La presse en parle


“En allant vers ses parcelles, nous emprunterons ce qu’elle appelle le « boulevard de la chimie ». De part et d’autre de la route, on pourrait jouer à la pétanque entre les rangées de vignes tellement les sols sont tassés, lisses, désherbés chimiquement, jamais labourés. Elle fait le contraire. « La vigne n’est pas une plante ordinaire, elle répond au geste de l’homme et tu progresses en même temps que tu la travailles. Il faut comprendre les sols. Les ceps, en vieillissant, commencent à parler. À dire : ‘Nous avons les pieds dans la terre et il peut se passer ce qu’il veut au-dessus, nous nous arrangeons en dessous.’ C’est à ça qu’il faut qu’on arrive. »”

J.-P. Géné, Le Monde


À propos de l'auteur.rice

Journaliste pendant vingt ans, notamment pour les quotidiens La Tribune et Libération, Catherine Bernard est désormais vigneronne. Elle est également l’auteur, aux éditions du Rouergue, de Recettes de ma vigne (avec Anne-Sophie Thérond, 2013) et Une place sur terre (2018) et, aux atelier d’Argol, de Ma part des anges (2019).

Informations complémentaires

Édition

Prix prévisionnel

Rayon / Collection

ISBN

978-2-330-13510-2