Le semeur de peste

Gesualdo Bufalino

02 Sep, 2020


Poche

Traduit de l’italien par Ludmilla Thévenaz

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, un jeune homme de vingt ans franchit les grilles d’un sanatorium de la Conca d’Oro, aux portes d’une Palerme éventrée par les bombes et que la misère ne parvient pourtant pas à achever. Lui-même malade, il vient s’y faire soigner et se retrouve à côtoyer nombre de patients a priori incurables, avec qui il noue des échanges certes imprégnés de désespoir mais d’une richesse parfaitement rendue par son écriture imagée et baroque. Il restitue plus particulièrement ses relations avec un ami et une amante hypothétique, aux côtés de laquelle il parvient à s’échapper pour respirer le peu d’air frais que ses poumons affaiblis peuvent encore absorber. Une errance onirique fortement imprégnée d’images de la guerre à peine achevée et surtout de l’expérience de l’auteur, lui-même interné dans un sanatorium en 1945 car il avait contracté la phtisie au cours de sa captivité en Allemagne.
Ce texte l’a accompagné toute sa vie et ce n’est qu’à l’âge de 60 ans qu’il a pris la décision de le publier, avec le recul nécessaire qui lui confère une importance supplémentaire.

• Après la redécouverte de Gesualdo Bufalino grâce aux Mensonges de la nuit, la réédition de son premier roman, initialement paru en 1981.

• Un roman immédiatement salué à sa publication, et couronné par prix Campiello, un des prix littéraires italiens les plus prestigieux.

• Un roman notamment salué par Leonardo Sciascia qui s’inscrit dans la lignée de La Montagne magique de Thomas Mann.

La presse en parle


« Conte métaphysique et récit autobiographique, Le Semeur de peste est un roman précieux et ancien, mais aussi morbide et baroque. (…) Tout est chaleur et décomposition dans cette marine Montagne magique, où la moindre fraîcheur se mue en frisson glacial mais où l’amour l’emporte à tout moment sur la vie. »
Jean-Baptiste Marongiu, Libération


À propos de l'auteur.rice

Gesualdo Bufalino (1921-1996) est né à Comiso, dans le sud de la Sicile. Mobilisé en 1942 puis capturé par les Allemands en 1943, il parvient à s’évader. Hospitalisé pour cause de tuberculose en 1944, il guérit à Palerme en 1946 et reprend ses études avant d’enseigner toute sa vie à Comiso. Ce n’est qu’au moment de sa retraite qu’il se lance dans l’écriture. Il publie son premier roman Le Semeur de peste, en 1981, qui fut couronné par le préstigieux prix Campiello. Auteur de quatre romans, il était également critique littéraire et traducteur (notamment des oeuvres de Baudelaire, de Térence, de Hugo, de Madame de Staël, de Toulet et de Giraudoux).

Informations complémentaires

Dimensions 11.5 × 17.5 cm
Édition

Prix prévisionnel

ISBN

9782366245196