Paris ne finit jamais

Enrique VILA-MATAS

02 Sep, 2020


Roman traduit de l’espagnol par André Gabastou

À l’occasion d’une conférence sur l’ironie intitulée “Paris ne finit jamais”, un écrivain décide de revenir sur ses jeunes années passées à Paris, au cours desquelles, logé par Marguerite Duras, il a fait ses classes de littérature. Obsédé par l’ombre tutélaire d’Ernest Hemingway, s’y inscrivant en négatif, il revient sur ces années de déambulation dans les rues de la capitale, de doute, d’abîme. Avec ce roman en forme de miroir, Enrique Vila-Matas s’inscrit dans la lignée des écrivains exilés, interroge la création, la difficulté à inventer encore lorsque tout a déjà été écrit, et décortique l’ambition qui fabrique un artiste.

À l’occasion d’une conférence sur l’ironie intitulée “Paris ne finit jamais”, un écrivain décide de revenir sur ses jeunes années passées à Paris, au cours desquelles, logé par Marguerite Duras, il a fait ses classes de littérature. Obsédé par l’ombre tutélaire d’Ernest Hemingway, s’y inscrivant en négatif, il revient sur ces années de déambulation dans les rues de la capitale, de doute, d’abîme. L’ironie tendre pour seule arme face à cette période de disette et de malheurs, l’écrivain s’invente et se réinvente, met à mal ses propres convictions, défait les impostures dont on se joue, ajoure les pleins et les déliés de la construction d’un soi-même.

Avec ce roman en forme de miroir, Enrique Vila-Matas s’inscrit dans la lignée des écrivains exilés, interroge la création, la difficulté à inventer encore lorsque tout a déjà été écrit, et décortique l’ambition qui fabrique un artiste.

La presse en parle


“Un des meilleurs romans du plus grand écrivain espagnol du moment. (…) .

Paris ne finit jamais est le livre drôle, poétique, touchant et ironique d’une initiation à la littérature : comment l’on doit perdre ses illusions, ses croyances et ses apparences, ses postures en forme d’impostures pour mieux trouver son style, sa voix, écrire ses propres livres, bref, être soi. L’ironie, constamment touchante, jamais abjecte ni condescendante, dont fait preuve Vila-Matas tout au long du livre, est l’incarnation de sa philosophie de l’écrivain et de l’écriture. L’ironie, c’est ne jamais adhérer complètement, être dans l’écart, là où il y a du jeu.”

Nelly Kaprièlian, Les Inrockuptibles


À propos de l'auteur.rice

Né à Barcelone en 1948, Enrique Vila-Matas est l’auteur de nombreux romans, tous salués par la critique et récompensés par de prestigieux prix. Il a notamment reçu le prix Herralde de Novela en 2002 et le prix Médicis étranger en 2003 pour Le Mal de Montano. Chez Actes Sud paraît Cette brume insensée (2020).

 

Informations complémentaires

Édition

Prix prévisionnel

Rayon / Collection

ISBN

978-2-330-13962-9